La data dans le sport

Comment la data est devenue indispensable à l’industrie du sport professionnel ?

Hotwire

Hotwire est une société internationale de conseil en communication spécialisée dans les nouvelles technologies. Fondée en 2000, nous opérons auprès d’un réseau mondial de bureaux et de partenaires à part entière au service d'un éventail de clients allant d’entreprises en croissance jusqu’aux multinationales établies.

Alors que le tournoi de Roland Garros vient de s’achever, la France se prépare chaque jour un peu plus à recevoir l’évènement sportif le plus attendu au monde : les Jeux Olympiques 2024. En guise d’avant-goût, l’organisation de la coupe du monde de Rugby en 2023 où le XV de France flirte désormais avec la place de favori. Une finale de coupe du monde peut parfois se jouer à un essai refusé pour un crampon hors de la ligne de touche de quelques centimètres… tout comme une pole position en F1 se joue à quelques millièmes de secondes, l’analyse de la donnée et le digital ont révolutionné le domaine sportif et ne cessent de l’optimiser. Condition physique des athlètes, performances athlétiques, stratégie de jeu ou expérience supporter, aucune discipline n’échappe désormais à la data.

Un levier pour optimiser la performance et le recrutement des sportifs 

« Si on gagne avec cette équipe, on aura révolutionné ce sport » cette réplique du film Le Stratège sorti en 2011 illustre bien l’histoire de Billy Beane, sélectionneur d’une équipe de baseball qui décida en 2002 d’utiliser des méthodes statistiques et d’analyse de données pour composer une équipe capable de gagner la Ligue majeure de baseball américaine. C’est ainsi que ce passionné de baseball a révolutionné l’histoire du recrutement sportif grâce à l’analyse statistique des données de chaque joueur.  

Le premier apport de la donnée est cependant au niveau de la performance sportive en elle-même. L’utilisation de ces datas permet d’obtenir une personnalisation maximale de la fréquence des entraînements ou des compétences à travailler en priorité dans le but d’optimiser la performance de l’athlète. Le cas du cycliste Christopher Froome, qui a gagné 4 Tours de France entre 2013 et 2017, est un exemple concret. Grâce à de nombreux capteurs et à l’analyse de données, ses analystes ont notamment prouvé que Froome consommait moins d’énergie en restant assis sur sa selle en montagne, plutôt qu’en danseuse, pratique beaucoup plus habituelle en montagne. 

Ces nouvelles technologies tels que des capteurs biométriques et de suivi GPS sont utilisés par les athlètes dans de nombreuses disciplines pour aider les entraineurs dans leur préparation technique et stratégique. Par exemple, les joueurs de football portent aujourd’hui des boîtiers fixés dans leur dos et les ballons sont également équipés de capteurs. Grâce à de pareils dispositifs, leurs pouls, leurs vitesses, leurs explosivités, leurs chaleurs corporelles, leurs nombres de passes, de buts, de kilomètres parcourus, leurs positions, etc, sont enregistrés.

La data et l’IoT au cœur de la santé des athlètes  

Outre la performance sportive, la data permet de prévenir les blessures et de suivre la santé des joueurs en compétition. Au rugby par exemple, il est possible de mesurer l’intensité des chocs, la vitesse de sprint, un mauvais appui et ainsi être averti en temps réel d’une potentielle commotion cérébrale subie par un joueur à l’issue d’un plaquage.  

Protéger la santé des athlètes est un élément essentiel et les entreprises l’ont bien compris. Des machines physiques associées à des logiciels basés sur de l’intelligence artificielle permettent ainsi d’assurer un suivi médical optimisé et la gestion des blessures. Le rétablissement d’un sportif sera bientôt accéléré grâce à la réalité virtuelle pour l’aider notamment à réduire l’aspect émotionnel de la douleur et ainsi diminuer la pénibilité de celle-ci. 

Ces collectes de données et le développement de solutions technologiques ne seraient possibles sans l’émergence de l’IoT (Internet des Objets). Ce sont tous les capteurs connectés et les montres intelligentes qui permettent de récolter ces datas et ainsi d’avoir des informations en direct d’un match pour analyser la performance et optimiser le suivi médical. Ces objets connectés se sont démocratisés et sont aujourd’hui utilisés par les amateurs.

Un vivier pour améliorer l’expérience client 

Dans l’industrie du sport, l’analyse des données ne s’arrête pas aux limites d’un terrain. En effet, les fédérations et les stades ont su exploiter le vivier de données pour transformer leurs pratiques et s’adapter au besoin du consommateur. De la billetterie numérique au déploiement du GPS indoor pour guider le supporter à son siège en passant par la livraison de nourriture sur place, la data permet d’améliorer continuellement l’expérience client d’un spectateur.  

Avec l’essor des nouvelles technologies et l’accès à l’information en temps réel, les organisateurs doivent redoubler d’imagination afin d’offrir la fan expérience la plus complète possible pour inciter les spectateurs à rester. Mais ces données profitent également à l’écosystème entier de l’industrie. En effet, il est possible pour les fédérations et les clubs de convertir tous les supporters en base de données numérique à utiliser pour des campagnes digitales d’e-mailing ou pour des opérations de promotions par exemple.  

La mine d’or de la data se présente aujourd’hui pour l’industrie du sport comme la clé de la victoire, et ce dans tous les domaines. Plus que jamais, l’écosystème sportif prend conscience de la valeur du numérique et du Big Data. À ce titre, L’Agence Nationale du Sport en collaboration avec l’INSEP a même créé en 2019 le Sport Data Hub pour améliorer la performance individuelle par la donnée en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024…

Article rédigé par Laura Bandiera

Nos dernières news